TRIBUNE – JUIN 2019

Bienvenue à l’Armada 2019, notre Armada !

La première rencontre avec ces magnifiques voiliers, ayant parcouru les mers et océans, pour venir s’amarrer au cœur de notre ville de Rouen, a été créée par des élus rouennais de 1989.

Jean Lecanuet et Patrick Herr, créateurs de cette manifestation unique de par la spécificité de notre port, de par sa gratuité voulue dès l’origine, ont permis d’arrimer ces navires sur nos quais de seine, rappelant ainsi les lustres d’Antan où Rouen était une des toutes premières villes du Royaume de France.

Depuis 1989 de nombreuses sociétés et collectivités se sont engagées dans cette aventure maritime. Grâce à son « PACHA » et aux centaines de bénévoles qui lui prêtent main forte, grâce à l’aide financière de ces grandes sociétés, de la Région Normandie, du Département, et de la Métropole de Rouen Normandie et malgré les difficultés rencontrées, ce rassemblement populaire unique en France perdure depuis trente ans.

Merci à Patrick Herr qui a su développer et enrichir cet évènement faisant de Rouen, la capitale mondiale des grands voiliers durant une semaine.

Concerts, feux d’Artifices seront également au rendez-vous. Pour que la fête soit une complète réussite, souhaitons que dans un ultime effort la Métropole Rouen Normandie mette en œuvre les transports en commun jusqu’à 2h du matin minimum pour ramener les noctambules ayant laissé leur véhicule dans les parcs relais de l’agglomération : Le Zénith au Sud, à l’Ouest à Mt St Aignan, au Nord, à Bois-Guillaume à l’Est à Darnétal.

Gilbert RENARD

TRIBUNE – MAI 2019

Dans une période où les citoyens en ont assez des discours des politiques, bien souvent trompeurs, il est temps que la majorité de la Métropole applique un langage de vérité. À titre d’exemple, lors du Conseil du 28 février, certains élus, dont je fais partie, n’ont pas approuvé l’arrêt du PLUI, après un discours fait de promesses verbales ou de courriers non transcrits dans les documents annexés et devant être pris en compte ; nous demande-t-on de donner un blanc-seing ?

Nous nous sommes également abstenus pour le Sraddet (*) et avons voté contre le projet de règlement de voirie. Deux projets qui nous sont apparus également trompeurs.

Le Sraddet : le président, après des propos et des circonvolutions clamant son désaccord sur certains aspects du dossier, finissait par soumettre au vote un avis qu’il déclare favorable avec des réserves qui « de fait » rejettent le Sraddet. Pourtant, dès 2017, nous avions alerté nos collègues sur ce sujet. Où est la clarté ? Où est la vérité ?  Nous nous sommes donc abstenus face à cette présentation « alambiquée » en dépit des reproches de posture politicienne qui m’ont été adressés.

De plus, nous avons voté contre le règlement de voirie composé de plusieurs centaines de pages, parfois contradictoires. Mon regret : combien de conseillers sur les 156 ont eu le temps de consulter un « pavé » de plus de 200 pages reçu quelques jours avant la séance. Ce projet de voirie contient en son sein des incohérences et présente de grands risques. Nous aurons l’occasion de le découvrir. N’hésitez pas à nous questionner via notre site internet www.udgr.fr

*Schéma Régional Aménagement Développement Durable Egalité Territoires

TRIBUNE – AVRIL 2019

La clôture du Grand Débat est arrivée. Souhaitons que des solutions acceptables par tous soient trouvées afin d’apaiser l’ambiance actuelle de notre pays et de permettre aux commerçants de Rouen de retrouver leur clientèle. Cela doit permettre de réexaminer la représentation des élus communaux au sein de la Métropole afin que le pouvoir ne soit pas confisqué par un petit groupe entouré d’ingénieurs et techniciens qui décident en lieu et place des 71 Mairies.  Souhaitons que le Président Macron intègre le projet de loi du Sénat afin de permettre la participation des élus municipaux aux travaux des commissions métropolitaines.

Savez-vous qu’à l’issue des prochaines élections la métropole devrait être composée de 125 conseillers issus des 71 communes mais seules 8 communes sur 71 ont plus de 2 conseillers. Des villes comme Bihorel, Petit Couronne disposeront d’une seule représentation. Peut-on imaginer que tout seul un maire pourra représenter sa ville dans plus de vingt commissions, quarante instances extérieures et plus de 150 organismes. Il est nécessaire d’ouvrir les commissions aux élus des communes. C’est un véritable enjeu de démocratie. Le Sénat a bien identifié ce problème de représentativité. A défaut, pourquoi maintenir ce kaléidoscope de communes ou certaines avec moins de 500 habitants ont la même représentation que les communes de plus de 8000 ?

Gilbert RENARD

PLU i – Intervention de Gilbert renard

Conseil Métropolitain du 28 février 2019

Monsieur le Président, Chers collègues

Dès le départ de la démarche d’élaboration du PLU INTERCOMMUNAL, nous avons à plusieurs reprises  dénoncé une course contre la montre.

Un projet de territoire portant sur le devenir de 71 communes devait-il être mené ainsi ? Nous en doutons. Comme nous le craignions, cela a amené la construction de ce PLU I en recherchant la simplification dans un projet global afin d’obtenir une démarche plus rapide mais moins fine et ainsi uniformiser nos villes et villages sans tenir compte de leur histoire, de leur morphologie et des particularismes du passé de nos diverses cités, ainsi que leur diversité.

L’illustration de cette précipitation a commencé avec le 1 er débat sur le PADD présenté alors que le diagnostic de territoire n’était pas terminé. De ce fait, un 2nd débat PADD a été programmé pour valider les évolutions réalisées précipitamment.

Côté méthode, combien de questions posées devaient avoir leurs réponses à la réunion suivante, et pour certaines nous les attendons toujours. Cette méthode s’appelle la politique de l’entonnoir.  Ce que l’on n’obtient pas tout de suite est reporté à la réunion suivante et ainsi de suite et la réponse n’arrive jamais.

Quel dommage, quel gâchis car certaines dispositions de ce projet sont intéressantes, en particulier pour réparer les dégâts de la loi ALUR.

Continuer la lecture de PLU i – Intervention de Gilbert renard

TRIBUNE FEVRIER/MARS 2019

Alors que notre pays vit une période troublée, que la demande d’écoute et de considération est importante de la part de nos concitoyens, c’est le moment que le Président de la Métropole a choisi pour se rappeler de l’existence de ses 70 collègues maires ! Cette déconnexion entre les élus nationaux et les citoyens serait-elle à l’origine de ce réveil ?

Le timing du changement de la méthode de gouvernance proposé, à un an du renouvellement municipal, arrive bien trop tard. Cette démarche est un peu incongrue car qui peut dire aujourd’hui qui sera maire et Président Métropolitain lors du prochain mandat. Il faut savoir que dans un courrier, M. le Président de la Métropole nous propose « sans esprit partisan » de préparer les projets de la prochaine décennie. Nous aurions aimé que cet esprit préexistât à cette correspondance.  La relation communes/Métropole est primordiale, le conseil métropolitain n’étant que l’émanation des conseils municipaux. En tant qu’élus nous avons reçu mandat de représenter nos communes dans cette instance. Ce n’est donc ni au Président ni aux élus des autres communes d’imposer des projets sur le territoire d’une autre ville ou village. Les maires connaissent l’histoire de leur commune et leurs habitants, il faut donc que la Métropole leur fasse un peu confiance lorsqu’ils lui indiquent que l’orientation prise n’est peut-être pas la bonne.

Espérons que le changement de pied de la présidence ne soit pas seulement un effet d’annonce.

Budget prévisionnel 2019 – intervention de Pascal Houbron

Conseil métropolitain du 17 décembre 2018

Comme nous l’avions annoncé lors du débat d’orientation budgétaire, et comme vient de le dire le Vice-Président chargé des finances, il y a peu de nouveauté dans ce budget primitif qui ne fait que reprendre les grands axes de la politique mise en œuvre par la majorité, et c’est heureux.

Comme chaque année, la situation budgétaire de notre Métropole est difficile à appréhender tant les périmètres des compétences se modifient chaque année, ce qui ne nous permet pas facilement de nous projeter.

Il s’agit en effet de construire un budget contraint par les décisions de l’Etat de nous maintenir dans une augmentation des dépenses de fonctionnement en dessous des 1,2%.

Encore une fois, nous comprenons que les collectivités territoriales participent au redressement des finances du pays, mais nous devons être également à l’écoute des français qui viennent de nous dire que la fiscalité n’est pas la solution pour équilibrer nos budgets.

Au niveau fiscal, nous nous réjouissons du maintien des taux d’imposition, même s’il faut rappeler la sensible hausse de la taxe d’aménagement, et le fort pourcentage de nos ressources fiscales qui porte sur les entreprises (70%).

Au niveau des dépenses de fonctionnement, on peut constater peu d’imagination et d’innovation pour tenter de les diminuer comme nous sommes contraints de le faire dans nos communes.

Les ressources ne pouvant progresser d’une manière satisfaisante, cela nous impose pourtant de compresser nos dépenses…

Continuer la lecture de Budget prévisionnel 2019 – intervention de Pascal Houbron

Panorama XXL – intervention de Gilbert Renard

Conseil de la Métropole 17 décembre 2018

Monsieur le Président, Madame Argeles,

La délibération que vous nous proposez ce soir m’interpelle et, si la lecture et l’interprétation que j’en ai faite est bonne cela m’inquiète, à un tel point que j’espère me tromper, et cela, pour la crédibilité de notre EPCI et le budget de fonctionnement.

Dès lors, si vos réponses ne nous éclairent pas suffisamment, je proposerai un vote contre plutôt que l’abstention que notre groupe avait initialement décidé.

Bien sûr, j’invite mes collègues à réagir à la synthèse que je vais leur livrer. D’accord ou pas, ils auront la responsabilité de l’adopter ou de la rejeter.

Pour commencer, c’est juste un détail mais quand même, l’ordre du jour prévoit Mme Argeles comme « rapporteuse » mais cela n’est pas reprécisé à la différence des autres délibérations. Je constate que c’est le Président qui le fait en lieu et place de Mme Argeles qui est, sauf erreur de ma part, en charge de cette délégation. Mais peu importe.

L’exposé des motifs indique un coût de 850 K€ HT pour la création d’une nouvelle œuvre pour le Panorama XXL. Il est également indiqué que l’artiste participe financièrement à sa création à hauteur de 50%. On ne sait cependant pas si le coût de 850 K€ HT est calculé avant ou après prise en charge de 50% par l’artiste, les modalités de cette prise en charge n’étant pas précisées clairement dans le corps de la délibération, ce qui vous en conviendrez est regrettable.

Continuer la lecture de Panorama XXL – intervention de Gilbert Renard

Tribune – Décembre 2018

Chaque Commune vient de participer à un débat concernant les orientations du Plan d’aménagement durable, « PADD » préalable au futur PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal). Dans la continuité, ce débat a eu lieu au sein du Conseil métropolitain du 8 novembre dernier. Ce PADD a pour objectif de préparer les règles et objectifs du futur PLUI qui nous paraissent très compliqués à atteindre sauf à remettre en cause l’organisation même de nos Communes.

En fait, il s’agit d’un double objectif : résultat d’une démarche volontaire du président de la Métropole qui a décidé de scinder des documents « intimement » liés au PADD : « PLH » (Plan Local de l’Habitat) et « PLUI ». En effet, il est prévu à la fois de diminuer la consommation d’espace de l’ordre de 50 % en regard des dernières années et la mise ou la remise sur le marché de 35 000 à 40 000 logements.  De plus, dans le PLH en cours d’élaboration, il est envisagé la destruction de milliers de logements dans certains secteurs et l’obligation de reconstruction partielle de ces dits logements ailleurs, entraînant de facto un déplacement de population.

Toutefois, il est à remarquer que certaines dispositions sont positives – il était temps – notamment le confortement de l’aéroport, la liaison A28 /A13 et la logistique en lien avec l’activité portuaire.

Je vous invite à consulter ce document sur notre site www.udgr.fr et à consulter également vos maires des 71 communes qui sauront vous donner leur avis. Nous restons à votre disposition pour tout éclaircissement, avec tous nos souhaits de bonne fin d’année 2018.

Gilbert RENARD

PADD

Débat d’orientations budgétaires 2019 – Intervention de Pascal Houbron

             Conseil du 8 novembre 2018

Le débat d’orientations budgétaires est l’occasion pour la majorité métropolitaine d’expliquer ses ambitions, ses perspectives permises par une gestion équilibrée.

Je remercie les services financiers de la métropole qui nous apporte des éléments plus importants que les années antérieures…

Cependant, et c’est heureux pour la cohérence de l’ensemble, les orientations budgétaires exposées ressemblent fortement aux exercices précédents.

Et comme lors des débats antérieurs, nous constatons avec vous la maîtrise nécessaire des dépenses de fonctionnement, la vigilance sur l’évolution de la masse salariale ; et une attention sur une épargne brute qui tend à diminuer chaque année.

La nouveauté réside dans le contrat que vous avez signé avec l’Etat vous engageant dans le respect de l’évolution des dépenses de fonctionnement.

Or, vous en faites peu de cas lorsque vous engagez la Métropole vers de nouvelles dépenses, comme – par exemple – les aménagements autour du Panorama, l’étude sur une navette fluviale, ou sur l’étude dans le domaine de la santé… qui ne sont pas compensées par des baisses de dépenses sur d’autres secteurs.

En effet, peu de choses sont dites sur la volonté de diminuer les dépenses de fonctionnement, en dehors des actions classiques de mutualisation et de maîtrise énergétique des bâtiments métropolitains.

Nous aimerions – puisque c’était votre discours de départ – qu’un bilan soit réalisé sur la location des immeubles suite au déménagement vers le 108.

En matière d’investissements, la répartition entre les grands domaines fait apparaître un fort engagement sur la voirie et les espaces publics qui représentent plus d’un quart des dépenses.

Vous avez fait le choix de lancer tous les chantiers en même temps au risque de congestionner l’ensemble du trafic. Continuer la lecture de Débat d’orientations budgétaires 2019 – Intervention de Pascal Houbron

Tribune – novembre 2018

Notre groupe est bien conscient de l’importance de la construction d’un plan climat air énergie sur notre territoire dans le cadre de la COP 21 locale, même si nous pouvons avoir des approches différentes pour parvenir aux objectifs fixés.

En effet, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre qualité de vie, la limitation de la hausse des températures sont les vrais enjeux de notre siècle et il est de notre responsabilité d’agir.

Les communes ont répondu favorablement à la demande de la Métropole à s’engager pleinement, celle-ci se proposant de les accompagner sur un plan technique. Cependant, nous pouvons regretter que la Métropole se limite bien souvent à ne jouer qu’un rôle de force mobilisatrice des acteurs du territoire au lieu de contribuer directement à relever les défis environnementaux qui sont devant nous.

La Métropole convient d’ailleurs « qu’elle » n’a qu’une capacité d’action modérée » sur ces sujets alors qu’elle a la maîtrise directe de nombreuses compétences qui sont loin d’être neutres dans la transition énergétique et écologique, voirie, mobilité, énergie, collecte des déchets …Nous aurions souhaité que la Métropole soit plus ambitieuse dans les objectifs fixés et dans les moyens financiers engagés par les communes. Elle se trouve plus souvent dans une posture d’accompagnement des réalisations communales et non d’actions directes.

Nous regrettons que ce plan soit essentiellement construit par la somme des actions communales et non sur la base d’un véritable projet commun métropolitain.

La COP21 locale de la Métropole ROUEN Normandie s’est transformée en COP71, portée par les 71 communes de la Métropole.

COP 21 locale – intervention de Julien Demazure

Conseil Métropolitain du 8 octobre 2018

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Je prends la parole au nom du groupe UDGR sur cette délibération qui concerne la COP 21 locale pour souligner l’importance de la construction d’un plan climat air énergie sur notre territoire même si nous pouvons avoir des approches différentes pour parvenir aux objectifs fixés, pour signifier que notre groupe votera en faveur de cette délibération, mais aussi pour émettre quelques réserves, voire même des regrets.

En effet, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre qualité de vie, la limitation de la hausse des températures sont les vrais enjeux de notre siècle et il est de notre responsabilité d’agir fortement pour relever ces défis, tant les conséquences pourraient être importantes dans le cas contraire pour notre génération mais aussi pour les générations futures, ainsi que pour la biodiversité. Ce sujet est d’ailleurs renforcé par l’actualité du jour qui a vu la publication d’un rapport alarmant de la part du GIEC et qui nous invite à changer de paradigme si l’on souhaite véritablement contenir la hausse de la température d’ici la fin du siècle.

Continuer la lecture de COP 21 locale – intervention de Julien Demazure

Aide à l’achat de vélos – intervention Nicole Bercès

Conseil métropolitain du 8 octobre 2018

Monsieur le Président, chers collègues,

Lors du conseil métropolitain du 18 décembre dernier notre groupe, Union Démocratique du Grand Rouen, était intervenu pour s’interroger sur l’incohérence manifeste entre une ambition affichée de développer l’usage du vélo sur le territoire et l’instauration d’un plafond de ressources bien trop bas pour être un tant soit peu attractif.

Cette nouvelle délibération en rétropédalage montre que nous avons été non seulement écoutés mais entendus (dans le troisième sens du terme, à savoir « saisis par l’intelligence »). Alors, merci et, si je peux me le permettre, n’hésitez pas à en faire une habitude saine et durable.