Communiqué de presse – démission de F. Sanchez

18 juillet 2019

Comme nous le pressentions il y a quelques mois maintenant, Frédéric Sanchez a pris la décision de ne pas aller jusqu’au bout de son mandat, et donc de son engagement vis-à-vis des Maires qui lui ont fait confiance…

Frédéric Sanchez a souvent failli dans la recherche d’équité entre les communes et la solidarité ne s’exerce pas de la même manière dans tous les domaines. Il a souvent cherché à imposer son point de vue en pesant fortement sur les décisions des Maires qui n’avaient pas, obligatoirement, la même idée que lui.

Nous pensons que le Président de la Métropole n’est pas un « super Maire » et sa façon de faire n’a pas encouragé toute l’assemblée à le suivre dans la mise en œuvre des politiques publiques de la Métropole.

Le contexte politique a changé et ce départ doit être l’occasion d’imaginer la future gouvernance de notre Métropole qui devra être plus à l’écoute de tous les Maires.

L’équipe qui mènera le projet de la prochaine mandature devra représenter toutes les sensibilités et s’ouvrir à l’ensemble des acteurs de notre territoire (citoyen, monde économique, associations) pour faire adhérer, impliquer et au bout du compte faire gagner Rouen dans la compétition que se livre les territoires au-delà même de la Normandie.

Il conviendra pour la future équipe, issue du renouvellement de tous les conseils municipaux de mars 2020, de donner une identité forte et une reconnaissance du fait métropolitain. Nous allons tous, dans nos communes, modifier nos équipes, et présenter à nos administrés nos projets pour la mandature à venir. C’est ce suffrage-là qui nous donnera à nous tous élus, à nouveau une forte légitimité.

En attendant cette étape, nous devons collectivement accepter de terminer cette mandature sereinement.

C’est la raison pour laquelle nous soutiendrons le statu quo pour terminer la mandature et voterons pour le maintien de l’exécutif en l’état.

De ce fait, c’est bien au 1er Vice-Président, Yvon Robert, d’assurer cet intérim qui, de surcroît, ne viendra pas interférer dans les futures échéances politiques n’étant lui-même pas candidat à sa propre succession.

C’est aussi pour marquer notre volonté d’une gouvernance partagée que nous faisons ce geste fort de ne pas nous opposer à cette candidature.

Cette transition doit être l’occasion de dépasser les clivages tout en conservant nos convictions et pour agir de concert, avec tous les Maires que les administrés souhaitent voir jouer un rôle plus accru dans la Métropole, pour défendre tous les citoyens et tous les territoires…

Nous, Maires, élus locaux des communes, nous aimons ce territoire et nous avons l’occasion de le démontrer.