TRIBUNE – MAI 2019

Dans une période où les citoyens en ont assez des discours des politiques, bien souvent trompeurs, il est temps que la majorité de la Métropole applique un langage de vérité. À titre d’exemple, lors du Conseil du 28 février, certains élus, dont je fais partie, n’ont pas approuvé l’arrêt du PLUI, après un discours fait de promesses verbales ou de courriers non transcrits dans les documents annexés et devant être pris en compte ; nous demande-t-on de donner un blanc-seing ?

Nous nous sommes également abstenus pour le Sraddet (*) et avons voté contre le projet de règlement de voirie. Deux projets qui nous sont apparus également trompeurs.

Le Sraddet : le président, après des propos et des circonvolutions clamant son désaccord sur certains aspects du dossier, finissait par soumettre au vote un avis qu’il déclare favorable avec des réserves qui « de fait » rejettent le Sraddet. Pourtant, dès 2017, nous avions alerté nos collègues sur ce sujet. Où est la clarté ? Où est la vérité ?  Nous nous sommes donc abstenus face à cette présentation « alambiquée » en dépit des reproches de posture politicienne qui m’ont été adressés.

De plus, nous avons voté contre le règlement de voirie composé de plusieurs centaines de pages, parfois contradictoires. Mon regret : combien de conseillers sur les 156 ont eu le temps de consulter un « pavé » de plus de 200 pages reçu quelques jours avant la séance. Ce projet de voirie contient en son sein des incohérences et présente de grands risques. Nous aurons l’occasion de le découvrir. N’hésitez pas à nous questionner via notre site internet www.udgr.fr

*Schéma Régional Aménagement Développement Durable Egalité Territoires