COP 21 locale – intervention de Julien Demazure

Conseil Métropolitain du 8 octobre 2018

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Je prends la parole au nom du groupe UDGR sur cette délibération qui concerne la COP 21 locale pour souligner l’importance de la construction d’un plan climat air énergie sur notre territoire même si nous pouvons avoir des approches différentes pour parvenir aux objectifs fixés, pour signifier que notre groupe votera en faveur de cette délibération, mais aussi pour émettre quelques réserves, voire même des regrets.

En effet, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre qualité de vie, la limitation de la hausse des températures sont les vrais enjeux de notre siècle et il est de notre responsabilité d’agir fortement pour relever ces défis, tant les conséquences pourraient être importantes dans le cas contraire pour notre génération mais aussi pour les générations futures, ainsi que pour la biodiversité. Ce sujet est d’ailleurs renforcé par l’actualité du jour qui a vu la publication d’un rapport alarmant de la part du GIEC et qui nous invite à changer de paradigme si l’on souhaite véritablement contenir la hausse de la température d’ici la fin du siècle.

Face à ce constat, la Métropole Rouen Normandie nous invite donc ce soir à s’engager pleinement dans la COP21 locale et je tiens d’ailleurs à souligner la qualité du diagnostic porté dans le document ainsi que le travail effectué par Guillaume COUTEY (ambassadeur de la COP21 locale) et les services de la Métropole ROUEN Normandie pour animer cette COP21 locale auprès des communes. L’ensemble des communes de la Métropole ont en effet reçu leur visite pour un échange constructif et fort intéressant sur notre action collective en faveur de l’environnement et pour proposer l’accompagnement de la Métropole sur un plan technique dans la réalisation de nos futurs projets en la matière.

Cependant, nous pouvons regretter de manière générale et après lecture des grandes orientations fixées par la Métropole dans ce plan, que cette dernière, in fine, se limite bien souvent à ne jouer qu’un rôle de force mobilisatrice des acteurs du territoire (collectivités et acteurs économiques notamment) pour nous orienter vers une véritable transition énergétique et écologique au lieu de contribuer directement à relever les défis environnementaux qui sont devant nous.

Vous dîtes même dans le corps de la délibération, je cite que : « la métropole n’a qu’une capacité d’action modérée » sur ces sujets.

Or, la Métropole a la maîtrise directe de nombreuses compétences qui sont loin d’être neutres dans la transition énergétique et écologique. Les compétences liées à l’urbanisme, à la voirie, à la mobilité, à l’énergie, à la collecte des déchets sont en effet des compétences majeures dans l’accompagnement des objectifs fixés dans la COP21.

Nous regrettons donc que la Métropole ne soit pas plus ambitieuse dans les objectifs qu’elle se fixe sur ses propres compétences et qu’elle fasse le choix de s’appuyer essentiellement sur le travail mené par les communes en la matière, qui ont rapidement saisi l’importance de ces enjeux. La Métropole se trouve donc souvent dans une posture d’accompagnement et non d’actions directes.

Nous regrettons également que la Métropole n’ait pas construit un fonds de soutien propre à la COP21 locale pour accompagner les futurs investissements des communes en la matière et cela en plus des fonds de soutien à l’investissement déjà existants. La transition énergétique et écologique se traduira également par des enjeux financiers importants pour parvenir aux objectifs fixés et la Métropole aurait donc pu montrer sa démarche volontariste avec un renfort de ses dispositifs d’accompagnement à l’investissement des communes.

Pour conclure et vous l’aurez compris, si notre groupe est en accord avec l’esprit global de la politique portée dans cette délibération, nous regrettons toutefois que ce plan soit essentiellement construit par la somme des actions communales et non sur la base d’un véritable projet commun de transition énergétique et écologique à l’échelle même de la Métropole.

En quelque sortes, la COP21 locale de la Métropole ROUEN Normandie s’est transformée en COP71, c’est à dire en COP des 71 communes qui composent la Métropole ROUEN Normandie.