TRIBUNE – MAI 2018

Depuis plusieurs années la Métropole Rouen Normandie? et avant la CREA, a annoncé à grand renfort de communication et de coups médiatiques, vouloir être une « éco-agglomération », l’ambition annoncée étant de diviser par 2 les consommations énergétiques actuelles du territoire, multiplier par 2,5 la production d’énergies renouvelables et participer à une stratégie de leur développement au niveau régional. Bien évidemment nous ne pouvons que saluer cette volonté affichée.

Le lancement de la COP 21 de la Métropole, depuis le 8 décembre 2017, qui accompagne cette démarche, doit si nous souhaitons l’adhésion de tous, être l’occasion d’une réflexion citoyenne que nous voulons encourager. Mais aujourd’hui nous ne pouvons que déplorer une vision géographique étroite sur ce sujet : « l’Atelier de la COP21 Rouen Normandie » s’est installé rue du Général-Giraud à Rouen avec pour objectif de permettre à chacun de s’informer sur la COP21 locale, de comprendre les enjeux du réchauffement climatique et de définir son engagement pour le climat. Fort bien, mais les conditions de circulation et de stationnement dans la ville centre sont telles que nous doutons très sincèrement de la fréquentation de ce lieu par les habitants de la « ceinture verte » de la Métropole.

Notre volonté : puisque l’environnement est l’affaire de tous, la Métropole doit se donner les moyens d’aller vers tous. C’est à ce prix que les politiques publiques seront comprises et éclairées par de justes consultations citoyennes.

Franck Meyer