RAPPORT SOMETRAR – INTERVENTION DE NICOLE BERCES

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Conseil métropolitain du 10 octobre 2016

Monsieur le Président, chers collègues,

Le corps de cette délibération reprend de manière très générale et forcément succincte les thématiques du rapport de la SOMETRAR. Après lecture de ce rapport nous avons quelques remarques et interrogations.

Du côté des points positifs, il est souligné une vitesse commerciale en augmentation sur tous les modes et un bond des ventes de titres en ligne (+11,30%).

Par contre, les points moins satisfaisants sont l’augmentation des actes de violence (+4%) et surtout de vandalisme (+34%) ainsi qu’une baisse de fréquentation de 2 ,09% (touchant davantage le métro et les TEOR). A cela s’ajoute une baisse des recettes de 0,8% et un taux de fraude important.  Le rapport prévoit de poursuivre la lutte contre la fraude mais nous voyons qu’en même temps le taux de contrôle a baissé en 2015 par rapport à 2014.  Est-il prévu de poursuivre dans la baisse ?

Autre baisse, celle des dépenses de formation des personnels qui passent de 4,25% de la masse salariale en 2014 à 2,73 %. Est-ce judicieux ?

Dans ce rapport de 81 pages, une page très aérée est consacrée à l’environnement avec quatre titres dont la gestion de la pollution. Il est stipulé par ailleurs que l’audit FACE identifie comme l’un des points forts l’affichage des émissions de CO2 dans les stations de métro, TEOR et bus.  Cet affichage concerne-t-il toutes les stations ?  Cet affichage reste-t-il de l’affichage ou permet-il de travailler à améliorer la situation ?

Des usagers nous ont fait remonter que certains bus restaient stationnés en bout de ligne avec moteur en marche pendant de longs moments. Un moteur qui tourne quand un véhicule est à l’arrêt  contrevient au Code de la Route, crée une pollution sonore et de l’air et consomme du carburant.  Cette consommation a-t-elle été chiffrée sur l’année ?

Nous vous soumettons ces remarques et questions en Conseil, la Commission Mobilité Durable ne s’étant pas réunie depuis le 24 avril dernier.

Merci M. le Président.