Piscines – intervention de Gilbert Renard

20b.jpgConseil de la Métropole du 4 février 2016

Monsieur le président vous nous proposez d’approuver l’avenant N° 6 dans le cadre des délégations de service public pour la piscine de la Cerisaie.

Mon intervention portera sur 3 points.

Le premier est une demande d’explication sur l’évolution financière telle qu’indiquée dans le tableau joint.

Le second porte à la fois sur la rédaction et l’ordre de présentation des délibérations que vous nous proposez

Enfin le troisième concerne la gestion des piscines métropolitaines et communales

Premier point

Pouvez-vous nous indiquer les raisons d’une participation qui augmente d’une façon tout à fait étonnante. A titre d’exemple, le syndicat intercommunal SI2B gère une piscine avec une participation financière auprès du gestionnaire, le même groupe, que la cerisaie.

L’évolution de cette contribution hors encours est quasiment inchangée depuis 2011.

La participation de la métropole pour la cerisaie a été :

2012 :—- pour 11 mois 677.061

2013—–785.713

2014 —-889.374

2015—–982.057

Cela fait une augmentation sauf erreur de près de 35 % en 4 ans

Second point

La délibération N° 7 propose un avenant n° 6 et fait référence dans le corps de la délibération à l’avenant N° 5 dont le vote n’était pas encore passé. Je m’interroge donc sur la régularité d’un point de vue administratif de cette délibération N° 7 si elle est approuvée en l’état.

Seconde interrogation le considérant de cette délibération n° 9 fait référence à une délibération du 12 décembre 2011 qui n’a jamais existé puisque en réalité il s’agissait du 19 décembre 2011.

Et je passerai sous silence si je puis dire la première page de présentation qui indique une troisième date celle du 19 décembre 2001.

Enfin troisième point et LE PLUS IMPORTANT

Vous le savez avec notre groupe je suis déjà intervenu sur le sujet des piscines. Demandant en particulier la mise en place d’une commission constituée de représentants de tous les groupes de notre assemblée afin de mener une réflexion  pour mettre en œuvre une organisation acceptable par tous et supportable pour le budget métropolitain.

Je crois que nous sommes la seule métropole de France à avoir un tel système qui permet à certaines piscines le statut d’intérêt métropolitain alors que d’autres peuvent obtenir des fonds de concours ou bien une troisième catégorie rien ! Zéro!

Rouen Métropole Normandie a 3 catégories d’usagers devant l’apprentissage de la natation ou du plaisir de nager.

Je prendrai l’exemple de la communauté de Lille qui, dès 2005 mettait en place un plan piscine. Mme Aubry et ses collègues avaient conscience que ces écarts étaient sources de conflits et d’iniquité entre les citoyens de la communauté urbaine et des communes.

Plusieurs articles de journaux dont la voix du Nord ou bien encore  les échos ont couvert ce projet de Lille et commenté le plan de Lille Métropole qui portait sur 7 ans.

Toutefois une majorité d’élus a rejeté le principe d’un transfert pur et simple.

 Les règles du jeu entre communes et la communauté ont été clairement définies pour définir les modes d’intervention :

Les aides à l’investissement, au fonctionnement, à la construction en maitrise d’ouvrage direct ou à travers un syndicat mixte.

Mieux, oui chers collègues mieux en octobre 2014 Lille Métropole décidait, par un vote à l’unanimité,  une aide spécifique pour les entrées des scolaires.

Cette politique de Mme AUBRY a pour résultat sur l’année scolaire 2013/2014 une participation de 985.285 euros. Dans le même temps la communauté Lilloise portait plus de 2.300.000 de fonds de concours pour toutes les piscines.

Chers collègues, vous le savez au fond de vous-même, notre situation n’est pas normale. Notre groupe demande juste la création d’un groupe de travail afin de trouver les solutions et ainsi procéder à l’élaboration d’un plan su 5,  7 voire 10 ans et trouver le chemin de l’équité. Formons ce groupe, visitons nos voisins de Lille, Rennes, Brest si il le faut.

Nos demandes réitérées se heurtent à l’absence de réponse, à l’absence d’une prise en compte, nous ne pouvons rester dans une telle situation. Comment expliquer à un citoyen selon où il réside dans la métropole cette organisation à triple vitesse.

M le président si vous vous engagez solennellement à créer ce groupe de travail en prenant l’exemple des élus de Lille nous voterons cette délibération. Si vous restez intransigeant nous voterons contre et j’appelle tous les groupes à en faire autant. Cela sera peut-être  le moyen de faire bouger les lignes d’eau.