Tribune – Décembre 2018

Chaque Commune vient de participer à un débat concernant les orientations du Plan d’aménagement durable, « PADD » préalable au futur PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal). Dans la continuité, ce débat a eu lieu au sein du Conseil métropolitain du 8 novembre dernier. Ce PADD a pour objectif de préparer les règles et objectifs du futur PLUI qui nous paraissent très compliqués à atteindre sauf à remettre en cause l’organisation même de nos Communes.

En fait, il s’agit d’un double objectif : résultat d’une démarche volontaire du président de la Métropole qui a décidé de scinder des documents « intimement » liés au PADD : « PLH » (Plan Local de l’Habitat) et « PLUI ». En effet, il est prévu à la fois de diminuer la consommation d’espace de l’ordre de 50 % en regard des dernières années et la mise ou la remise sur le marché de 35 000 à 40 000 logements.  De plus, dans le PLH en cours d’élaboration, il est envisagé la destruction de milliers de logements dans certains secteurs et l’obligation de reconstruction partielle de ces dits logements ailleurs, entraînant de facto un déplacement de population.

Toutefois, il est à remarquer que certaines dispositions sont positives – il était temps – notamment le confortement de l’aéroport, la liaison A28 /A13 et la logistique en lien avec l’activité portuaire.

Je vous invite à consulter ce document sur notre site www.udgr.fr et à consulter également vos maires des 71 communes qui sauront vous donner leur avis. Nous restons à votre disposition pour tout éclaircissement, avec tous nos souhaits de bonne fin d’année 2018.

Gilbert RENARD

PADD

Débat d’orientations budgétaires 2019 – Intervention de Pascal Houbron

             Conseil du 8 novembre 2018

Le débat d’orientations budgétaires est l’occasion pour la majorité métropolitaine d’expliquer ses ambitions, ses perspectives permises par une gestion équilibrée.

Je remercie les services financiers de la métropole qui nous apporte des éléments plus importants que les années antérieures…

Cependant, et c’est heureux pour la cohérence de l’ensemble, les orientations budgétaires exposées ressemblent fortement aux exercices précédents.

Et comme lors des débats antérieurs, nous constatons avec vous la maîtrise nécessaire des dépenses de fonctionnement, la vigilance sur l’évolution de la masse salariale ; et une attention sur une épargne brute qui tend à diminuer chaque année.

La nouveauté réside dans le contrat que vous avez signé avec l’Etat vous engageant dans le respect de l’évolution des dépenses de fonctionnement.

Or, vous en faites peu de cas lorsque vous engagez la Métropole vers de nouvelles dépenses, comme – par exemple – les aménagements autour du Panorama, l’étude sur une navette fluviale, ou sur l’étude dans le domaine de la santé… qui ne sont pas compensées par des baisses de dépenses sur d’autres secteurs.

En effet, peu de choses sont dites sur la volonté de diminuer les dépenses de fonctionnement, en dehors des actions classiques de mutualisation et de maîtrise énergétique des bâtiments métropolitains.

Nous aimerions – puisque c’était votre discours de départ – qu’un bilan soit réalisé sur la location des immeubles suite au déménagement vers le 108.

En matière d’investissements, la répartition entre les grands domaines fait apparaître un fort engagement sur la voirie et les espaces publics qui représentent plus d’un quart des dépenses.

Vous avez fait le choix de lancer tous les chantiers en même temps au risque de congestionner l’ensemble du trafic. Continuer la lecture de Débat d’orientations budgétaires 2019 – Intervention de Pascal Houbron

Tribune – novembre 2018

Notre groupe est bien conscient de l’importance de la construction d’un plan climat air énergie sur notre territoire dans le cadre de la COP 21 locale, même si nous pouvons avoir des approches différentes pour parvenir aux objectifs fixés.

En effet, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre qualité de vie, la limitation de la hausse des températures sont les vrais enjeux de notre siècle et il est de notre responsabilité d’agir.

Les communes ont répondu favorablement à la demande de la Métropole à s’engager pleinement, celle-ci se proposant de les accompagner sur un plan technique. Cependant, nous pouvons regretter que la Métropole se limite bien souvent à ne jouer qu’un rôle de force mobilisatrice des acteurs du territoire au lieu de contribuer directement à relever les défis environnementaux qui sont devant nous.

La Métropole convient d’ailleurs « qu’elle » n’a qu’une capacité d’action modérée » sur ces sujets alors qu’elle a la maîtrise directe de nombreuses compétences qui sont loin d’être neutres dans la transition énergétique et écologique, voirie, mobilité, énergie, collecte des déchets …Nous aurions souhaité que la Métropole soit plus ambitieuse dans les objectifs fixés et dans les moyens financiers engagés par les communes. Elle se trouve plus souvent dans une posture d’accompagnement des réalisations communales et non d’actions directes.

Nous regrettons que ce plan soit essentiellement construit par la somme des actions communales et non sur la base d’un véritable projet commun métropolitain.

La COP21 locale de la Métropole ROUEN Normandie s’est transformée en COP71, portée par les 71 communes de la Métropole.

COP 21 locale – intervention de Julien Demazure

Conseil Métropolitain du 8 octobre 2018

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Je prends la parole au nom du groupe UDGR sur cette délibération qui concerne la COP 21 locale pour souligner l’importance de la construction d’un plan climat air énergie sur notre territoire même si nous pouvons avoir des approches différentes pour parvenir aux objectifs fixés, pour signifier que notre groupe votera en faveur de cette délibération, mais aussi pour émettre quelques réserves, voire même des regrets.

En effet, la protection de notre environnement, l’amélioration de notre qualité de vie, la limitation de la hausse des températures sont les vrais enjeux de notre siècle et il est de notre responsabilité d’agir fortement pour relever ces défis, tant les conséquences pourraient être importantes dans le cas contraire pour notre génération mais aussi pour les générations futures, ainsi que pour la biodiversité. Ce sujet est d’ailleurs renforcé par l’actualité du jour qui a vu la publication d’un rapport alarmant de la part du GIEC et qui nous invite à changer de paradigme si l’on souhaite véritablement contenir la hausse de la température d’ici la fin du siècle.

Continuer la lecture de COP 21 locale – intervention de Julien Demazure

Aide à l’achat de vélos – intervention Nicole Bercès

Conseil métropolitain du 8 octobre 2018

Monsieur le Président, chers collègues,

Lors du conseil métropolitain du 18 décembre dernier notre groupe, Union Démocratique du Grand Rouen, était intervenu pour s’interroger sur l’incohérence manifeste entre une ambition affichée de développer l’usage du vélo sur le territoire et l’instauration d’un plafond de ressources bien trop bas pour être un tant soit peu attractif.

Cette nouvelle délibération en rétropédalage montre que nous avons été non seulement écoutés mais entendus (dans le troisième sens du terme, à savoir « saisis par l’intelligence »). Alors, merci et, si je peux me le permettre, n’hésitez pas à en faire une habitude saine et durable.