TRIBUNE – NOVEMBRE 2017

Stylo

Lors du dernier Conseil métropolitain le président Sanchez a décidé de proroger le Plan local de l’Habitat en modifiant les règles financières par la suppression des aides à la construction de logements neufs au prétexte que leur nombre est trop élevé et ce, sans changer les objectifs des communes. Une décision pour la moins surprenante.

En effet, après avoir aidé les communes ayant un parc social très important  et qui désormais atteint un tel nombre que des centaines de logements sont libres (ce que nous dénonçons depuis des années), le président a décidé, par délibération, de supprimer les aides à la pierre afin de ralentir voire de reconsidérer la réalisation de logements sociaux.

De ce fait, les communes en dessous des 20%, telle que Bois-Guillaume,  continueront de payer des pénalités avec l’obligation de constructions neuves et des logements vides à la clef. Cherchez l’erreur !!!

Et pourtant en juillet dernier, ce même président  signait un contrat de mixité sociale assorti d’aides financières afin que les communes n’ayant pas suffisamment de logements sociaux rattrapent  leur retard.

Cette décision est une nouvelle fois l’illustration de sa politique partisane,  une politique ne correspondant pas à ce que doivent être les propositions d’un président  de Métropole,  élu par les représentants des 71 communes pour orienter, organiser notre collectivité dans une démarche constructive du vivre ensemble et non sélective en fonction du profil des communes.